Taxe kilométrique poids lourds: un courrier aux sénateurs bretons

Deux députés bretons (Pierre Méhaignerie et Marc Le Fur – UMP) ont  fait  voter un rabot de la taxe kilométrique poids lourds, qui sera moindre en Bretagne. Tout le monde s’accorde sur la spécificité de la Bretagne, qui dispose cependant  d’un réseau autoroutier et de 4 voies gratuites, ce qui constitue une première compensation significative à la situation de région excentrée. Toutefois, les associations de défense de l’environnement d’Ille et Vilaine (Fédération IVINE) contestent vigoureusement cette initiative.

En effet, comment inciter au report du transport de la route sur le rail (validé par l’Etat lors du Grenelle de l’environnement), si on maintient des avantages pour le transport routier sans faire le nécessaire pour développer le fret ferroviaire ?

Nous pensons que cela ne rend pas service aux entreprises et salariés de Bretagne, qui ne se projettent pas dans une adaptation de leur organisation voire de leurs métiers. Des mutations brutales risquent de leur être imposées à court ou moyen terme, à cause de l’augmentation du prix du pétrole ou pour (enfin) lutter contre le dérèglement climatique.

Quand les cours du pétrole et donc du gazole flambent, les mêmes exigent une détaxe, toujours pour ne rien changer.

On ne peut que déplorer la vision de ces deux députés bretons qui pensent à court terme, sur de vieilles logiques, dans la ligne droite (et bitumée) des lobbies.

Il nous semble que les élus bretons seraient mieux inspirés s’ils négociaient avec l’Etat ou avec l’Agence de Financement des Infrastructures de Transport de France (AFITF) une rétrocession ou l’affectation de la somme équivalente de la minoration à la Bretagne pour financer de manière plus active les infrastructures, la logistique et les services nécessaires au transfert modal vers les solutions alternatives au « tout poids lourds », en particulier le fret ferroviaire et ainsi faciliter la multimodalité.»

Le 30 novembre la Fédération IVINE a adressé un courrier aux 14 sénateurs bretons leur demandant de s’opposer à l’amendement Méhaignerie lors de l’examen au Sénat de la loi de finance 2012  (prévu début décembre). Ce courrier prolonge une action identique de FNE auprès de l’ensemble de sénateurs.

Courrier de IVINE aux sénateurs bretons pour demander la suppression de l’amendement Méhaignerie

Courrier de FNE aux sénateurs pour demander la suppression de l’amendement Méhaignerie

Consulter la plaquette FNE sur la TKPL

This entry was posted in Communiqués, Mobilités transports. Bookmark the permalink.

Comments are closed.