Desservir le futur aéroport de Notre Dame des Landes par un réseau performant

rff-site-LNOBPL

aire d’étude du projet

ago-chalandise

Zone de chalandise AGO à moins 3 h en VL : 8 millions d’habitants

AGO (Aéroport du Grand Ouest) vise à capter des passagers sur le grand Ouest.

L’aire d’étude du projet n’inclue pas la ligne Rennes Caen.

Bien que dans l’aire d’étude et devant desservir Notre Dame des Landes la ligne Rennes Nantes par Châteaubriant n’est pas exploitée par le projet.

LNOBPL est exclusivement un projet Rennes Brest Rennes Quimper Rennes Nantes dont la préoccupation de créer un réseau performant pour desservir Notre Dame des Landes se limite à la justification d’une LGV Rennes Nantes.

Si la nécessité d’améliorer la liaison Rennes Nantes n’est pas contestable son passage par Notre Dame des Landes induit  des contraintes qui faussent l’appréciation des variantes proposées.

Par ailleurs LNOBPL se révèle schizophrène en voulant capter le trafic aérien de Brest et Quimper et consolider ou développer le trafic aérien à Notre Dame des Landes. Ce qui fausse le bilan socioéconomique du projet.

La variante Rennes Nantes par amélioration de l’existant fortement pénalisée

Le détournement de la ligne actuelle Redon Nantes par Notre Dame des Landes entraine un allongement du tracé de plus de 15 km (le chiffre n’est pas précisé dans le projet) Ce qui se traduit par l’absence de gain de temps entre Redon et Nantes malgré les gains procurés par les améliorations de la ligne.

Au final malgré les améliorations de la ligne le gain de temps entre Rennes et Nantes est de 6 minutes dans LNOBPL  en passant par Notre Dame des Landes mais il pourrait être de 15 à 20 minutes si le détournement vers l’aéroport ne se fait pas (hypothèse non envisagée dans LNOBPL) Ce gain de temps impacterait de manière significative l’évaluation socioéconomique de la variante mauve du projet  :

  • réduction de la part investissement liée à la section de voie nécessaire,
  • gains en temps et en part modale pour les déplacements Rennes Nantes,
  • l’impact environnemental,

L’impact d’une desserte de Notre Dame des Landes limité à un raccordement à la ligne de Châteaubriant via Nord sur Erdre resterait limité.

Il est indispensable de pouvoir apprécier les variantes Rennes Nantes avec et sans déviation Notre Dame des Landes et cela de manière indépendante des liaisons Rennes Brest et Rennes Quimper.

 

 

Comments are closed.